Accords Sociaux

Depuis le lancement des délocalisations, la Poste se targue de négocier des accords dits "sociaux".... SUD vous en dit plus

 Négociations d’accords sociaux mais à quel prix ?

La Direction de La Poste a décidé d’ouvrir des négociations d’accords sociaux sur plusieurs zones : Groslay / Sarcelles ; Eragny/Cergy/Osny ; Argenteuil/ Bezons/ Cormeilles  et éventuellement Herblay.

 

 

Il s’agit d’accompagner l es dernières restructurations et la mise en place d’organisations « innovantes ». Notons au passage que plusieurs centres auront essuyé les plâtres sans accord social : Louvres, Gonesse.

 

La première condition est de signer les accords portant sur les horaires avec une fin de service à  14 h 18 comme à Sarcelles/Groslay.

Cela ne nous semble pas acceptable d’autant que sur ces mêmes PDC il y a 8 suppressions d’emplois !

 

 

Remise en cause des compétences des CHSCT

 

Mais, car il y un MAIS, La Poste met dans la balance des accords sociaux  les expertises CHSCT

 

La menace est directe pour empêcher une éventuelle expertise du CHSCT sur les nouvelles organisations de travail et leurs impacts, ce qui serait une demande légitime des CHSCT.

 

En fait la Poste (lors de la dernière plénière, en la personne de Mme Pascreau DE de Groslay) entrave l’action des CHSCT pour éviter que ces organisations du travail ne soient l’objet d’étude et de contestations. En nous expliquant clairement que s’il y a une expertise, La Poste ne signera pas les accords sociaux ! Donc pas de pognon !

 

Ces « mesures d’entraves» de La Poste contre le CHSCT ne sont pas nouvelles, en effet les précédents accords signés (Domont, Goussainville) par ses partenaires sociaux préféré, les contenait déjà

 

Les « négociations » commencent donc très mal d’autant qu’elles n’auront lieu que sur quelques semaines seulement semblerait-il (début des négo : 28 aout, fin de la négo 1er octobre sur Groslay par exemple soit à peine un mois) et elles ne sont pas annoncées partout, par exemple Mr Charnay (DE Eragny/Cergy) refuse de faire la clarté sur son projet.

 

 Ajoutons que le comble est atteint lorsque l’on sait que la Direction à provisionnée plus de 400 000 euros pour les expertises, donc le chantage n’a pas lieu d’être !

 

Nous avons donc fait parvenir un courrier à chaque DE concerné pour lui faire part de nos propositions (voir au verso).

telecharger le tract en pdf